Le château de Thorens

Le château de Thorens est massif mais élégant, rassurant et discret. Une fois le pont-levis traversé, ce que recèle, ce que révèle ce château ne laisse personne indifférent. L'histoire de cette demeure historique est intimement liée aux très riches heures de la Savoie, mais aussi à celles de la France.

Des seigneurs de Compey aux marquis de Sales, en passant par les princes de Luxembourg, de saint François de Sales (prince-évêque de Genève et figure majeure de la chrétienté) au comte de Cavour (Premier Ministre piémontais artisan de l'Unité italienne et de l'union de la France et de la Savoie), le château de Thorens est un témoin privilégié de l'histoire millénaire du duché de Savoie et du royaume de Sardaigne.

Cette demeure historique tient son âme de ses différents propriétaires qui furent, à chaque génération depuis 950 ans, acteurs de l'histoire militaire, religieuse et politique des Etats de la Maison de Savoie.

Les seigneurs de Compey et la Maison de Savoie

Le château de Thorens est bâti sur le fort primitif élevé par ordre du comte Gérold de Genève en 1060. Celui-ci le donna en investiture à son fidèle compagnon d'arme, le seigneur Odon de Compey. Le souhait originel de Gérold était double : surveiller la vallée d'Usillon et contrôler l'ancienne voie romaine reliant Thônes à Genève.

En 1479, après les trop nombreux crimes, exactions et abus commis par Philibert 1er de Compey, le duc de Savoie Philibert 1er (1465-1472-1482) confisqua tous les biens de cette illustre famille. Le château devint ainsi propriété de la Maison de Savoie : il fut offert à Hélène de Luxembourg-Saint-Pol († vers 1488), épouse du prince Janus de Savoie (1440-1491), comte de Genevois. Mais Hélène ne s'intéressa pas à Thorens ; elle n'y vint jamais...

Les princes de Luxembourg-Martigues

Leur fille Louise de Savoie (1467-1530), qui, veuve de son cousin germain Jacques-Louis de Savoie, avait épousé en seconde noce un autre cousin François 1er de Luxembourg-Fiennes, vicomte de Martigues (av. 1445 - ap. 1511), hérita du château de Thorens. Mais Philibert II de Compey obtint la restitution des biens de sa famille en 1526. Cependant, en 1533, il fut lui-même condamné à la confiscation des ses biens et au bannissement par le duc de Savoie Charles III (1486-1504-1553). Thorens revint au vicomte de Martigues, François II de Luxembourg († 1553), fils de François 1er . Plus tard, le 29 novembre 1559, Thorens fut vendu par le fils de François II,  Sébastien de Luxembourg-Martigues († 1569), duc de Penthièvre et vicomte de Martigues, au seigneur François de Sales (1522-1601), père de saint François de Sales (1567-1622), prince-évêque de Genève.

Le seigneur de Sales possédait déjà le château éponyme, situé à une portée de flèche de celui de Thorens. Toutefois, cette vente ne fut concrétisée qu'au cours de l'année 1602 : saint François de Sales, alors en mission diplomatique à Paris, acheta Thorens, pour le compte de ses frères et sœurs, à Marie de Luxembourg-Martigues (1562-1623), duchesse de Penthièvre et de Mercœur, veuve de Philippe-Emmanuel de Lorraine (1558-1602), fille et héritière du prince Sébastien de Luxembourg-Martigues.

Les marquis de Sales et les comtes de Roussy de Sales

Inféodés, originellement, aux seigneurs de Compey, les Sales passèrent ensuite au service des princes de Luxembourg-Martigues. Le seigneur François de Sales, militaire de son état, occupait la prestigieuse charge de maître d'hôtel de la maison du prince Sébastien II de Luxembourg. Au XVIIème siècle, la famille de Sales, fort ancienne, originaire de La Roche-sur-Foron, connut une ascension rapide, occupant dès lors les plus hautes charges à la cour de Savoie à Turin, passant du titre de baron (1613) à celui de comte (1632), puis enfin au titre de marquis (1665).

Tout au long des XVIIème et XVIIIème siècles, jusqu'à l'Annexion de la Savoie à la France (1860), la famille de Sales fut très proche du pouvoir, notamment par le truchement du comte de Duingt – alias le marquis Paul-François de Sales (1721-1795) –, du comte Eugène de Roussy de Sales (1822-1915) et bien sûr du proche cousin de ce dernier, le Premier ministre piémontais Camille de Cavour (1810-1861). A notre époque encore, le comte Jean-François de Roussy de Sales (1928-1999) comptait parmi les très proches amis du dernier roi d'Italie, Humbert II de Savoie (1904-1946-1983).

Malmené pendant l'invasion française de la Savoie (1792-1815), le château de Thorens fut restauré, au XIXème siècle, par la marquise Alexandrine de Sales (1763-1849) aidée par son petit-fils, le comte Eugène de Roussy de Sales.


Texte : Gilles Carrier-Dalbion, Guide du Patrimoine des Pays de Savoie.
Reproduction du texte même partielle interdite sans autorisation.

Aller en haut de la page

Conception et réalisation Digital Concept